Back
Mes vrais enfants (Paperback, French language, 2017, Editions Denoël) 5 stars

Née en 1926, Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite. Très âgée, …

Un uchronie personnelle très touchante

5 stars

J’ai demandé à mes Mastopotes des conseils de lecture pour cette année. Voici la première lecture. Je l’ai lu d’une façon un peu particulière : j’ai commencé le livre sans lire ni le quatrième de couverture, ni d’avis récent. J’en ai lu par le passé, mais je le ai sciemment un peu « oublié » pour plonger dans le livre comme ça sans filet, sans rien savoir ou presque. Et le presque c’est le conseil et ça change tout. Entrons dans le vif du sujet …

J’ai lu quelques uchronies. De vastes romans qui racontent un monde différent, qui a bifurqué de notre réalité. On y cherche et on y trouve des tendances de fond de l’humanité. On espère souvent y trouver un fond de justice, de lutte contre l’oppression que l'on croit universels.
Ces uchronies sont fascinantes.

Ici, il y a bien un arrière-plan uchronique : le monde n’a pas pris le même chemin après guerre.
Mais ce n’est pas le but du roman. Je pense même que le récit aurait même plus être plus fort sans.
J’ai lu le livre sans y faire très attention.

On lira dans "Mes vrais enfants" une uchronie personnelle, intime.
Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite.
Elle est confuse. Elle perd la mémoire.
Elle essaye de se souvenir de sa vie.
Mais elle se souvient de deux vies :

  • Une oĂą elle a Ă©pousĂ© Mark a vĂ©cu une vie d’ « épouse de », de mère…
  • Une autre oĂą elle a rĂ©pondu Ă  ses envies a rencontrĂ© BĂ©atrice.

(Je reste sciemment Ă©vasif)

Une uchronie intime, Ă©mouvante.
C’est un roman, encore un !, qu’il faut lire doucement.
Les deux vies s’alternent avec leurs lots d’émotions négatives ou positives.
On alterne les hauts et les bas.
Et non tout n’est pas négatif dans une vie et lumineux dans l’autre.

Il me semble que le récit expose brillamment une idée simple.
Parfois tu choisis, ou la vie choisit pour toi, un chemin.
Mais au bout du compte, si tu restes fidèle à toi-même, même en t’égarant est-ce que tes pas ne te conduisent pas en un lieu similaire avec le même genre de personnes ?

Et comme le titre le suggère : les enfants ont une place très importante.
Qu’est-ce qu’on leur laisse ? Sur quel chemin les lance-t-on ?

Lisez le roman tranquillement.
Il est touchant. Il mérite que l’on prenne son temps et du recul sur ce qu’il nous renvoie de nous-mêmes et de notre propre vie.

Merci Ă  Anne-Laure pour le conseil !

PS1: Je n’ai pas lu le quatrième de couverture avant de lire le livre. Je me suis fié au conseil. Faites de même ! PS: C’est malin je veux encore plus aller à Florence